Billet d’été#5

C’est à une balade contée nocturne que je vous convie aujourd’hui. Limoges à en perdre la tête fait en effet partie des nombreuses visites contées proposés par les guides de l’Office de tourisme de Limoges. Nous retrouvons Aurélien, notre guide de la crypte St Martial et c’est avec lui qu’on se retrouve à 21 heures devant l’Eglise St Michel des Lions.

Parmi le groupe de visiteurs, certes il y a quelques touristes venus découvrir la ville mais aussi pas mal de limougeauds heureux comme moi d’en apprendre plus sur notre ville et surtout de lever la tête et prendre le temps d’admirer l’architecture des bâtiments qui nous entourent.

C’est difficile pour moi de vous raconter la visite sans vous dévoiler les nombreuses histoires (réelles ou inventées??) qui jalonnent le parcours que nous empruntons. J’ai donc décidé de ne rien dire mais d’évoquer simplement la galerie de personnages qui vont s’inviter tout au long de la promenade qui vous l’aurez compris, nous permet de tourner autour de la boule hissée tout en haut du clocher de St Michel.

D’ailleurs, cette boule saviez-vous qu’à l’origine, elle était pleine et en pierre et non en cuivre ajourée comme elle l’est maintenant ? L’actuelle a d’ailleurs fêté ses cent ans en 2014 et a été l’objet de controverses et polémiques entre boulophiles et boulophobes. Mais votre guide vous en dira plus si vous suivez la visite.

Au détour des ruelles, nous parlons d’Adhémar, ce célèbre moine de l’abbaye St Martial que nous avions évoqué lors du précédent billet concernant la crypte. Puis près du Présidial on n’évoque une affaire de bandit de grand chemin le célèbre Burgou que la légende a comparé à Robin des Bois ! Ouvrier maçon le jour, bandit de nuit, ce personnage haut en couleurs était natif de Rochechouart et avec sa bande d’une quarantaine de personnes, il était toujours du côté des paysans. Son nom est passé dans le langage commun et certains petits garçons coquins étaient traités par leurs grands-mères de petit burgou. Et il ne s’agissait pas du gâteau au châtaignes que l’on trouve dans certaines épiceries de produits régionaux !

En remontant la rue Adrien Dubouché, la visite se poursuit sur la place de la Motte, devant Les Halles. Et oui, levez la tête on voit toujours la boule du clocher ! On découvre une maison qui m’a toujours intriguée coincée entre deux bâtiments, à la suite du remaniement de la ville. C’est l’occasion rêvée pour Aurélien de nous parler de magie noire, de philtre d’amour et de sorcier. Mais chut vous ne saurez rien sauf que dans l’histoire on évoque la rue des Vénitiens, réputée pour ces marchands italiens d’épices.

C’est vers les ruelles du quartier de la boucherie et les placettes cernées de maisons aux colombages que s’achève la visite. Evidemment on y évoque les bouchers et les spécialités limousines (boudin, tête de veau…) et comment un simple mendiant peut tenir tête aux meilleurs marchands de la ville!

Mais là, on a déjà perdu de vue la boule et la visite s’achève. Nous avons tous le sourire aux lèvres en quittant Aurélien et son talent de conteur.

Les prochaines visites Limoghes à en perdre la boule sont les 6 et 20 août prochains. Sinon toutes les visite guidées de Limoges sont à retrouver et à réserver sur le site ICI ou directement au téléphone (05 55 34 46 87)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s